Les faux
Résumé de l'Affaire
Les faux
Articles d'enquête
Articles d'enquête
Articles et Photos
la bande à Bonny
Notre Thèse
T'chat et liens

Pièces à conviction

Les actes sous seings privés
____________________________
"Attendu que l'expertise Bayle a établi que les deux exemplaires de la promesse de vente de Traou-Nez sont des faux qui ont été dactylographiés avec la Royal découverte le 6 juillet 1923 chez Seznec;(...) Attendu que les faux ayant été dactylographiés avec la Royal acquise le 13 juin, ils n'ont pu être faits qu'entre le 13 et le 20 juin, date de la découverte de la valise contenant "l'exemplaire Quéméneur", ce qui ne permet pas d'envisager un autre auteur que Seznec puisque celui-ci a eu en poche son exemplaire jusqu'au 28 juin".
Nous avons étudié ces deux promesses de vente et de cette étude il en ressort que ces deux documents ont été tapés sur deux machines différentes et très probablement à des dates différentes. En effet, la pièce "A" laisse apparaître un défaut d'alignement que n'a pas la pièce "B". Il est à noter également, que ces deux documents n'ont pas été tapés par un dactylographe professionnel vu les nombreuses fautes d'orthographe et de ponctuation. De même que si les experts ont constaté les ajouts manuscrits des mots "prendra" & "l'état", ils omettront volontairement les ajouts à la main des lettres "le" à la fin du mot MILLE (TRENTE CINQ MILle FRANCS). La numérotation des lignes a été faite par Pierre Bonny (comparaison faite avec ses propres écrits) ainsi que l'ajout "le" cité plus haut.
Ces faux ne sont pas de la main de Guillaume Seznec, mais de Pierre Bonny et de Jean Pouliquen, notaire et beau-frère de Pierre Quemener. Une étude comparative de sa signature démontre que la graphie de la terminaison de sa signature se superpose avec la fausse signature de Quemener.
Quant à la signature de Guillaume Seznec, elle a été grossièrement imitée. Imprimez ces documents à taille réelle (le timbre à 2 F doit faire 29mm) et vous remarquerez une disproportion des phrases manuscrites des bas d'actes. Jamais Pierre Quemener ni Guillaume Seznec n'ont écrit et signé si gros ! Il est à noter qu'il existe plusieurs de ces "faux" en circulation. De même que pour le télégramme, les trois mots "Quéméneur" sont exactement sur le même modèle, "Landerneau" également. Ce télégramme a été retouché. Le faussaire a rajouté le "Quéméneur" (ligne 4) sans faire attention au tarif en vigueur, qui était, pour 1923, de 1,20 F jusqu'à 8 mots et de 0,15 F par mot supplémentaire. Or, il n'y a pas 16 mais 17 mots, ce qui aurait du faire, non pas 2,40 F, mais 2,55 F. Cet ajout a servi pour assurer qu'il s'agit d'un "faux".

L'inspecteur Bonny en remontrerait à Sherlock Holmes pour la sagacité et à Javert pour la conscience...

**********************************************************************Comment on été faits des faux à partir de vrais documents - lire page 5, sur les 3 bas de colonnes -
**********************************************************************
...

promesse de vente

promesse de vente

Comparaison des signatures de Jean Pouliquen & fausse signature P. Quemener

Le télégramme envoyé du Havre le 13 mai 1923

dernière mise à jour 26.08.08